Make your own free website on Tripod.com


 

WB01432_.gif (3228 octets)

La liberté d’expression à l’école
(Éditorial)

wpe4.jpg (12828 octets)    J’étais assise dans mon cours d’enseignement moral et religieux lorsque la question m’a effleuré l’esprit. Sommes-nous vraiment libres de nous exprimer entre les quatre murs d’une école?

    Cela faisait 45 minutes que mon professeur définissait ce qu’était la liberté lorsque j’en arrivai à la conclusion suivante: nous sommes libres de dire ce que nos professeurs veulent entendre et non ce que l’on veut réellement dire. Pourtant, si vous regardez dans l’agenda scolaire, page 15 et 16, il est écrit à l’article 3: "La charte reconnaît à toute personne le droit d’opinion et d’expression, de conscience et de religion, d’association et de réunion ", et ce noir sur blanc.

Un bel exemple d’autorité

    Lorsqu’un élève n’arrive pas à comprendre une matière parce que la méthode d’enseignement de son enseignant ne concorde pas avec son style d’apprentissage, il doit se taire. Nous sommes conscients que ce n’est pas la faute du professeur, mais essayez seulement de lui expliquer que vous comprendriez mieux avec les explications d’une autre personne. Il vous traitera d’impoli et vous aurez sûrement droit à une réflexion, à une copie ou tout simplement à une retenue. C’est une chance qu’il y ait des profs qui ont évolué au même rythme que les années. Pour les autres, ils sont coulés dans le béton et rien ne pourra les en sortir.

    "Les effets décident mieux que les paroles", disait Molière. Quant à nos professeurs, il diraient plutôt: "décidez des paroles et nous déciderons ensuite des effets."

    Nous comprenons que, classe après classe, ils doivent séduire un public très exigeant, hétérogène et imprévisible, mais il n’est pas plus facile pour nous d’être intéressés par la façon d’enseigner de huit personnes différentes. Ils veulent que l’on soit autonome, mais comment l’être si nous ne pouvons même pas exprimer les besoins que nous ressentons face à notre éducation. " Depuis l’enfant qui balbutie ses premiers mots, toute existence est rythmée par le verbe. Le besoin de s’exprimer et de se faire comprendre est inhérent à tout être humain."(Bien écrire et parler juste, sélection du Readers Digest).

    Je n’ai qu’un seul message à dire aux enseignants: nous apprécions votre support lorsque nous sommes en difficulté, mais laissez-nous, une seule fois, vous exprimer ce que l’on a à dire et vous verrez que nous sommes capables d’agir en adultes lorsque nous sommes écoutés.

Jany Simon                                                 Écrivez-nous
4e secondaire

 

Revenir à la une du Phénix