Make your own free website on Tripod.com


 

WB01432_.gif (3228 octets)

Our lady peace
(un groupe à surveiller)

    La preuve est faite! Les sceptiques savent aujourd'hui que le talent n'existe pas seulement de l'autre côté de la frontière. À l'instar de groupes-vedette canadiens comme I Mother Earth, The Tea Party, Moist, Rusty et Age of Electric, Our Lady Peace fait vibrer ses fans au son d’une musique rock moderne.

    Le groupe Our Lady Peace comprend le bassiste Duncan Coutts, le guitariste Mike Turner, le batteur Jeremy Taggart et le beau et talentueux chanteur Raine Maida, tous dans la vingtaine et originaires de l'Ontario. Les gars ne sont pas tout à fait débutants. Leur début remonte à l'année 1993. Le groupe en est maintenant à leur deuxième album. Le premier, dont le titre est Naveed, fut lancé en 1994. Il gravi rapidement les échelons des palmarès canadiens et américains, vendant plus de 500 mille copies. Pas si mal pour un groupe qui, à ce moment-là, n'existait que depuis deux ans. Le lancement de Naveed a été suivi d’une tournée qui a duré presque deux ans.

    Si Our Lady Peace s'est fait connaître du public grâce à l'album Naveed, c'est avec Clumsy, lancé en avril dernier, que le groupe a prouvé qu'ils n’étaient pas une étoile filante. Avec le deuxième album, Clumsy, les membres du groupe voulaient prouver la maturité qu'ils avaient acquise lors de leur tournée. Cet album a eu autant ou même plus de succès que le premier.

    Sur scène, Our Lady Peace donne toujours leur 100%. Le groupe admet que tenir le public en haleine est un défi encore plus exigeant et excitant. Ils ont seulement deux heures ou deux heures et demi pour jouer les chansons qui leur plaisent le plus, donc, ils font des arrangements pour pouvoir jouer des morceaux des deux albums. Croyez-moi, Our Lady Peace donne un très bon spectacle, ça vaut les 30 dollars pour le billet du spectacle.

    Alors un petit conseil, s'ils sont de passage près de chez vous, n'hésitez surtout pas à aller voir leur spectacle.

Mélanie Gagnon
4e secondaire

Revenir à la une du Phénix