Make your own free website on Tripod.com


 

WB01432_1.gif (3228 octets)

Dossier Des grands-ravins

    La ville de Gatineau veut s’approprier les terrains de M.Claude Bérard, un riche entrepreneur de la région, qui longe le boulevard de la Vérendrye, mais monsieur Bérard ne veut pas leur laisser sauf si on accepte son offre, ce que la ville lui refuse.

    L’un des plus grands hommes d’affaires de Gatineau possède les terres qui longent le boulevard de la Vérendrye situées entre la rue Guidon et la Montée Paiement à Gatineau. La ville voudrait se les approprier pour la somme de 500 000$, ce que Claude Bérard trouve inacceptable. Celui-ci demande 860 000$, ce qui est, selon lui, la somme appropriée pour l’achat de ses terrains.

    La ville a réussi à dénicher une subvention de 1.4 millions du gouvernement pour l’agrandissement du boulevard la Vérendrye, mais pour pouvoir réaliser ce projet, ils ont besoin des terres de monsieur Bérard. Le gouvernement donne à la ville jusqu’au 15 septembre pour arriver à une entente sinon ils devront mettre une croix sur la subvention gouvernementale. M.Lacroix, maire de Gatineau, a fait appel à la justice pour obtenir les terres. Il a été décidé que la ville doit donner 168 000$ à chacune des trois compagnies appartenant aux trois actionnaires du terrain de 18 000 mètres carrés (soit environ 500 000$). M.Bérard, mécontent du jugement, a promis une revanche des plus ardus. Il parle même de se présenter aux prochaines élections comme conseiller municipal pour ainsi avoir son mot à dire dans les décisions prises par les dirigeants de la ville de Gatineau concernant la municipalité.

(10 octobre 1998...)
Finalisation du dossier des Grands ravins...

    Finalement, il y a eu entente entre les deux parties. Ainsi le gouvernement remettra à la municipalité de Gatineau la somme de 1.4 millions de dollars et les travaux ne tarderont pas à commencer pour l’élargissement du boulevard la Vérendrye, mais M. Claude Bérard se présentera quand même aux prochaines élections pour le poste de conseiller municipal.

Karine Guy
5e secondaire

Revenir à la une du Phénix