Make your own free website on Tripod.com


 

WB01432_.gif (3228 octets)

Le suicide

wpeC.jpg (15549 octets)    En 1995, 1 442 personnes se sont suicidées aux Québec d’après le ministère de la Santé et des Services sociaux. Il y a 1 144 hommes et 298 femmes qui ont mis fin à leur vie au cours de cette seule année.
    Vivre auprès d’une personne ayant des idées suicidaires peut rapidement vous épuiser. Il y a des gestes à poser et des paroles à dire.
    Il faut être conscient qu’une crise suicidaire dure en moyenne de six à 12 semaines. Il ne faut surtout pas hésiter à demander de l’aide, car il est beaucoup plus dangereux de se taire que de parler.
    Il est très important de prendre au sérieux toute menace faite par une personne qui a envie de mettre fin à ses jours. Il ne faut toutefois pas dramatiser.
    Les personnes qui parlent de suicide ont simplement besoin d’aide et non d’être jugées.
    Pour parvenir à soutenir quelqu’un qui semble vouloir se suicider, vous pouvez essayer de lui changer les idées. Essayez, avec cette personne, de trouver une autre solution à ses problèmes au lieu qu’elle mette réellement fin à ses jours.


Il faut tout d’abord...

- prendre le temps d’écouter la personne;
- prendre au sérieux les menaces suicidaires;
- permettre à la personne de parler de ce qui la pousse au suicide;
- favoriser l’expression des émotions reliées à sa situation;
- éviter de lui faire la morale et de lui donner des recettes de bonheur;
- ne pas faire de fausses promesses à la personne;
- respecter vos limites quant à l’aide que vous pouvez lui apporter.

Des statistiques

    Depuis les années 60, le taux de suicide a augmenté de façon considérable. En 1980, il avait atteint une certaine stabilité. Par contre, ce taux a augmenté depuis le début des années 90.
    Au Québec, le suicide atteint tous les groupes d’âge des deux sexes.
    Les hommes ont des taux de suicide quatre fois plus élevés que ceux des femmes.

D’un continent à l’autre

    Un recensement en France démontre qu’il y a 12 000 suicides par an et 160 000 tentatives. Il y a donc plus de gens qui se suicident que de gens qui meurent d’un accident de la route.
    Ce ne sont pas les jeunes qui sont le plus touchés par le suicide, mais les personnes âgées.
    Le suicide représente la première cause de mortalité chez les Français ayant de 25 à 34 ans, ce qui fait environ 1 700 décès pour 1996. Le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les jeunes personnes ayant 15 à 24 ans.

Les signes-avant coureurs

    Il y a plusieurs petits détails qui échappent souvent à l’entourage d’une personne désirant s’enlever la vie. Voici une liste de quelques signes avant-coureurs qui pourraient indiquer qu’une personne appelle à l’aide:

1. Une perte d’appétit;
2. Des crises de larmes;
3. L’isolement;
4. Un changement radical de comportement;
5. L’abus de drogues ou d’alcool;
6. Des oublis fréquents;
7. Des demandes d’aide;
8. De l’agressivité.

    Toutes ces petites choses semblent ridicules mais, au fond, elles veulent dire beaucoup.

Les cris d’alarmes

    Il n’y a pas seulement les cris avant-coureurs qui peuvent démontrer qu’une personne désire se suicider. Il y a aussi les cris d’alarmes. En voici quelques uns...

Les messages directs

"Je vais en finir bien vite."
"S’il m’arrive quelque chose... Mon testament est ici."
"Je veux mourir, j’en peux plus."
"J’ai perdu le goût de vivre."
"Je vais me tuer...Non, non! C’est une farce!"
"Je vais partir en voyage."

Les messages indirects

"Dans quelques jours, je vais être tranquille."
"Bientôt, je vais avoir la paix."
"Je n’ai jamais rien fait de bon dans la vie, de toute façon."
"Vous ne vous inquiéterez plus."

    Il ne faut jamais agir seul pour essayer d’aider quelqu’un qui menace de se tuer.

    Vous voulez en savoir plus long à propos de ce sujet? Rendez-vous à cette adresse:

http://www.interlinx.qc.ca/suicide/index.html

Roxane Saumur
4e secondaire

Revenir à la une du Phénix